Ethique et déontologie

 

 

Particulièrement attachée à ce qui touche à l’Humain, je respecte, et applique, en tant que citoyenne mais aussi psychopraticienne, dans ma vie professionnelle comme dans ma vie personnelle, les grands principes moraux que sont le non-jugement, la tolérance, la bienveillance, le respect d’autrui mais également l’honnêteté, l’engagement, l’authenticité, l’empathie…

 

 

L’écoute, l’altruisme, l’ouverture d’esprit sont également des valeurs qui me sont chères et que j’ai à cœur d’appliquer au quotidien.

 

En tant que coach certifiée RNCP II et membre de l’International Coach Federation (ICF) , ma pratique s’appuie sur le code de déontologie de l’ICF qui repose sur

 

En tant que praticienne en Hypnose Ericksonienne , membre de la Fédération Française d’Hypnose et de Thérapie Brève (FFHTB et membre du syndicat national des hypnothérapeutes, j’exerce mon métier selon une charte éthique et un code de déontologie qui trouvent leur fondement dans le respect des Droits fondamentaux de tous.

 

Le respect de la confidentialité :

 La confidentialité c’est quoi ?

« Confidentialité » vient du latin confidere : se fier, compter sur…, mais également du mot anglais « confident » qui signifie « personne sur laquelle on peut compter ».

La confidentialité est donc une sorte de pacte de confiance et de sécurité établi entre 2 personnes.

Appliquée dans un cadre professionnel, la confidentialité implique ainsi que tout ce qui se dit entre 2 personnes ne soit pas divulgué.

 

Qu’est ce que cela signifie ?

Que le contenu de nos échanges ne sort pas du cabinet.

 Cela étant, si dans un but thérapeutique, j’étais amenée, à un moment ou à un autre, à me mettre en relation avec votre médecin traitant ou tout autre professionnel, votre accord écrit serait bien évidement requis avant toute démarche préalable.

 

 

Le non- jugement :

 

Juger, c’est donner une valeur à une personne, à une chose ou à une situation sur la base de ce qui nous semble correct ou incorrect, bon ou mal, beau ou laid ou encore gentil ou méchant, utile ou inutile….

 Juger c’est donner son avis selon sa propre carte du monde.

 

Ne pas juger, au contraire, c'est accepter l'autre tel qu'il est, dans sa globalité, sa singularité, sans émettre ni avis ni conseil ni critique. C’est reconnaitre l’autre avec ses forces, mais aussi ses faiblesses, ses hésitations, ses contradictions … Ne pas juger c’est accueillir l’autre avec un A, en toute simplicité et authenticité.

Le non-jugement, est, dans toute relation d’aide, l’ingrédient de base sans lequel rien n’est possible.  

 

La tolérance :

 

Selon le Larousse, la tolérance est l’« Attitude de quelqu'un qui admet chez les autres des manières de penser et de vivre différentes des siennes propres’’.

La tolérance c’est ainsi la capacité d'accepter les points de vue d'autrui même s'ils ne sont pas les nôtres, c’est accepter le fait que nous sommes tous différents mais tous autant estimables. 

 

Sur ce principe, je vous accueille comme vous êtes sans distinction d’origine, de culture, de croyances, de manière de vivre.

 

Vous êtes qui vous êtes et c’est parfait ainsi.

 

L’authenticité :

L’authenticité peut se définir comme étant le caractère de ce qui est vrai / sincère

 

Une personne authentique est ainsi une personne qui ne joue pas un rôle, qui ne fait pas semblant, qui ne porte pas de masque.  

Lors de mes accompagnements, je m’engage ainsi à être qui je suis, pour une relation pleine et authentique.

 

 

La bienveillance :

Au regard de la définition que l’on peut trouver dans le dictionnaire, la bienveillance est une « Disposition d'esprit inclinant à la compréhension, à l'indulgence envers autrui’ » ou encore une « Disposition favorable à l'égard de quelqu’un ».

Elle se définit donc, en quelque sorte, comme « la capacité à se montrer indulgent, attentionné envers autrui d’une manière désintéressée et compréhensive », à vouloir son bien.

Valeur qui m’est particulièrement chère, la bienveillance, s’inscrit, pour moi, tout à fait naturellement dans une relation égalitaire, propice à la relation et aux changements visés.

 

L’empathie :

A ne pas confondre avec la sympathie ou la compassion, l’empathie constitue la « faculté intuitive de se mettre à la place d'autrui, de percevoir ce qu'il ressent. »

 

Il s’agit ainsi de la capacité à comprendre les sentiments, les ressentis et les pensées d’autrui »  

Elément essentiel pour vivre en harmonie avec les autres, l’empathie permet, entre autres :

  • De Mieux comprendre autrui, ce qui facilite la relation

  • De Favoriser l’acceptation de chacun, dans ses différences mais aussi ses ressemblances

  • D’éviter les jugements

L’empathie est, selon moi, indissociable de tout accompagnement ou relation d’aide.

L’engagement :

En tant que professionnel, je m’engage, auprès des personnes que j’accompagne, adultes comme enfants, à honorer l’ensemble des obligations déontologiques qui incombent à l’exercice de mes fonctions, mais également à l’égard de mes pairs et autres corps de profession.

 

Je m’engage par ailleurs à m’investir toujours pleinement à chaque rencontre et à mettre à profit toutes mes connaissances au service des objectifs fixés.

 

 

L'honnêteté :

Tiré du latin ‘’ honestas, -atis ‘’, l’honnêteté signifie originellement « honneur, considération ; beauté morale, noblesse d’âme, vertu ‘’

Aujourd’hui, quelqu’un que l’on qualifie ‘’ d’honnête ‘’ est quelqu’un qui agit avec droiture, franchise et loyauté

 

Aussi, pour moi, l’honnêteté est à la relation, ce que l’eau est à la vie, c’est-à-dire, indissociables !

C’est grâce à elle que nous pouvons construire des relations basées sur la confiance et vivre ensemble.

Sans honnêteté, point de confiance, et sans confiance, point de relation.

 L’honnêteté fait ainsi partie intégrante de ma relation à l’autre et de mes accompagnements.

 

L’écoute :

Si on associe souvent la communication à la capacité d’un individu à s'exprimer ; communiquer, c'est aussi savoir écouter. Écouter... écouter et non simplement entendre.

Écouter est bien plus que d’être là, face à l’autre, qui nous parle. Écouter, ca n’est pas juste tendre une oreille distraite.

 

Savoir écouter est bien autre chose.

Savoir écouter, c'est être capable de focaliser toute son attention sur son interlocuteur pour saisir chaque bribe de ce qu’il nous livre.

Écouter, c’est être pleinement disponible à l’autre et comprendre au-delà de ses mots.

Écouter, c’est savoir décrypter le verbal comme le non verbal.

Écouter, c’est être pleinement avec l’autre dans ce qu’il dit, dans ce qu’il vit.

 C’est grâce à cette écoute pleine et active que la relation peut se nouer, que la confiance peut s’installer et le travail, se réaliser.

Inhérente à ma pratique, l'écoute active constitue ainsi une compétence relationnelle qui témoigne de l'intérêt et du respect que je vous porte.

 

Le respect de l'individu :

 Définit par le Petit Robert comme étant un « Sentiment qui porte à accorder à quelqu'un de la considération en raison de la valeur qu'on lui reconnaît », le respect constitue l'un des fondements des relations interpersonnelles et de la paix sociale.

 

Intégré dans le code de déontologie de tous les professionnels intervenant dans le champ médical et de la relation d’aide, le respect de l’individu constitue le socle fondamental de toute interaction humaine et de tout accompagnement.

Que ce soit dans la sphère personnelle ou professionnelle, le respect est une valeur essentielle à mes yeux que je défends et honore.